Quarante-cinq arbres seront abattus en Vieille-Ville

Par Laurence Naef le 25.07.2008 à 00:00

Sur l'esplanade qui domine la rue Théodore-de-Bèze, en prolongement de la promenade Saint-Antoine, 45 robiniers vivent probablement leur dernier été. Une demande d'abattage a été déposée par le Service des espaces verts de la Ville (SEVE).

Esplanade Théodore-de-Bèze. 50% des robiniers, plantés à la fin des années 20, sont en très mauvais état, et même dangereux. Ils seront remplacés par une nouvelle espèce.
Image: © Laurent Guiraud

Sur l'esplanade qui domine la rue Théodore-de-Bèze, en prolongement de la promenade Saint-Antoine, 45 robiniers vivent probablement leur dernier été. Une demande d'abattage a été déposée par le Service des espaces verts de la Ville (SEVE).

L'état sanitaire de la plupart de ces faux acacias est fragile et leur gestion à moyen terme jugée difficile; 50% sont dangereux, 50% dans un état médiocre. Il suffit, pour s'en convaincre, de voir sur place: des troncs tout maigres, des branches dénudées, du bois qui se casse facilement. Ces arbres ont été plantés, semble-t-il, à la fin des années 20. «Cette essence, indique Caroline Paquet, dendrologue au SEVE, avait vraisemblablement été choisie, car ce sont des arbres qui poussent vite. Et leurs fleurs blanches sont parfumées.»

Le mur est trop bas

La demande d'abattage s'inscrit en réalité dans le cadre d'un réaménagement complet du mail. Un projet qui ira dans le prolongement de la promenade Saint-Antoine.

«Le projet actuel reprend en partie un précédent qui a
été abandonné, probablement pour des questions de priorité, indique Marie-Hélène Giraud, cheffe du Service d'aménagement urbain à la Ville. Au départ, ce qui posait problème, c'est le mur qui domine Théodore-de-Bèze et qui est beaucoup trop bas. Si dangereux qu'il a fallu poser des chabouris de protection.» Une solution peu esthétique qui ressemble au «provisoire qui dure» cher aux Genevois...

En fait, explique Mme Giraud, ce n'est pas le mur qui est trop bas, mais le sol qui est trop haut. Il a dû être remblayé au fil du temps, notamment goudronné (il servait de parking aux voitures des députés du Grand Conseil à une époque).

Le projet consiste à rabaisser le niveau du sol et remettre le mur, qui a une valeur patrimoniale dans le cadre du périmètre de protection de la Vieille-Ville, à son niveau d'origine.

Les travaux mettront peut-être au jour des vestiges archéologiques. En tout cas, cela sera suivi de près. Ensuite, on réalisera un terrassement identique à celui de Saint-Antoine, recouvert en matériau d'origine granitique. Le type d'arbres et leur organisation dans l'espace ne sont pas encore définis.

La demande d'autorisation de construire n'a pas encore été déposée et le crédit n'est pas encore passé devant le Conseil municipal, précise Mme Giraud. La réalisation se fera en coordination entre les services. Mais, pour 50% des arbres, il y a urgence car ils sont dangereux, insiste-t-on au SEVE.

Boutique

Livres, DVD, accessoires à des prix avantageux!

shop.tdg.ch

Boutiques à Lausanne: Avenue de la Gare 33 et Place Pépinet 3.

Mon abonnement
Services abonnés

Abonnement et renseignements

Nous contacter

Tél. 0842 850 150
lu-ve 8h-12h/13h30-17h

Fax 022 322 33 74

Depuis l'étranger:
+41 22 322 33 10

Adresse postale:
Service clients
CP 5306
1211 Genève 11