Carlos Slim préconisela retraite à 70 ans

Par Alain Jourdan le 11.06.2012 à 00:00

Le milliardaire mexicain a défendu hier à Genève un modèle de société façonné par les nouvelles technologies

«Les nouvelles technologies ont provoqué un changement de civilisation. Il faut revoir tous nos modèles.» Carlos Slim n’y va pas par quatre chemins pour décrire ce qui attend les responsables politiques de toute la planète. A la tête d’une fortune considérable, bâtie en partie sur l’essor de la téléphonie mobile, de l’internet et de la télévision numérique, le milliardaire mexicain était, hier, l’invité des rendez-vous Mondiaux de Genève co-organisés par l’UNITAR (United Nations institute for Training and Research) et l’ONU.

Venu pour évoquer l’influence des nouvelles technologies sur nos modèles de développement, il a décrit un monde confronté à de profonds bouleversements. «Ce sont des changements de structure que nos hommes politiques ne comprennent pas toujours», déplore l’homme d’affaires. A 72 ans, ce dernier n’a pas peur de s’affranchir du «politiquement correct» pour livrer une vision parfois décoiffante de la direction que nos sociétés doivent prendre pour faire face à «ces changements de paradigme». «Il va falloir revoir nos façons de travailler et de concevoir la retraite. Aujourd’hui nous vivons plus longtemps et nous ne sommes plus soumis à des tâches physiques aussi dures qu’autrefois», explique Carlos Slim, qui préconise un départ à la retraite à 70 ans.

Malgré les éclats de rire que provoque sa proposition, le milliardaire assume et assure même qu’il n’y a pas d’autre solution si l’on veut dégager de la croissance. Selon lui, il faudrait développer la semaine de 3 jours, avec des journées de travail plus longues pour permettre à chacun de jouir de quatre jours de repos. Ce serait l’entrée de plain-pied dans la société des loisirs et de la connaissance avec des gisements d’emplois considérables, croit-il. Révolutionnaire? «Inéluctable», répond Carlos Slim qui fustige la peur des changements. «La peur est enfant de l’ignorance», dit-il.

«La société de l’ère numérique sera plus démocratique parce qu’elle offrira à tous un accès égal à la connaissance», assure le milliardaire. Dans l’esprit de Carlos Slim elle doit être aussi plus libérale. Il souhaite d’ailleurs que soit accordée une place plus importante à la société civile mais aussi aux entreprises privées. Pour cela, le Mexicain dresse le portait du «e-gouvernement» de demain: moins étatique, moins interventionniste, plus visionnaire. Ceux qui vont devoir revoir leur modèle, ce sont les pays développés et notamment les pays européens. «S’ils veulent sortir de la crise, explique-t-il, ils ont trois solutions: augmenter les revenus, baisser les dépenses, ou vendre leurs actifs, comme les autoroutes et les aéroports, ce qui créerait du développement».

Boutique

Livres, DVD, accessoires à des prix avantageux!

shop.tdg.ch

Boutiques à Lausanne: Avenue de la Gare 33 et Place Pépinet 3.

Mon abonnement
Services abonnés

Abonnement et renseignements

Nous contacter

Tél. 0842 850 150
lu-ve 8h-12h/13h30-17h

Fax 022 322 33 74

Depuis l'étranger:
+41 22 322 33 10

Adresse postale:
Service clients
CP 5306
1211 Genève 11