Cancer du sein: un dépistage utile

Par le 19.10.2011 à 10:30

Suite à diverses polémiques lancées récemment dans la presse autour du dépistage, notre fondation estime nécessaire de rappeler les évidences scientifiques qui justifient cette mesure de santé publique. Insistant sur le fait qu’un diagnostic et une prise en charge précoces permettent de sauver des vies, nous invitons néanmoins chaque femme à prendre connaissance des bénéfices et des inconvénients du dépistage, de manière à effectuer un choix éclairé.

L’invitéeDr Béatrice Arzel*


Image:

Suite à diverses polémiques lancées récemment dans la presse autour du dépistage, notre fondation estime nécessaire de rappeler les évidences scientifiques qui justifient cette mesure de santé publique. Insistant sur le fait qu’un diagnostic et une prise en charge précoces permettent de sauver des vies, nous invitons néanmoins chaque femme à prendre connaissance des bénéfices et des inconvénients du dépistage, de manière à effectuer un choix éclairé.

A ce jour, aucun élément scientifique nouveau suffisamment solide ne permet de remettre en cause le fait que le dépistage, associé à des traitements toujours plus efficaces, réduit de manière significative la mortalité liée au cancer du sein. Dépistage et traitements restent les deux seules armes dont nous disposons pour préserver la vie des femmes atteintes de cancer du sein, très nombreuses rappelons-le, avec plus de 5000 femmes touchées chaque année en Suisse, et 1 femme sur 8 atteinte au cours de sa vie à Genève.

Le dépistage systématique du cancer du sein par mammographie tous les deux?ans dès 50?ans est ainsi devenu l’une des plus importantes initiatives de santé publique dans les pays industrialisés. La controverse au sujet du dépistage est néanmoins récurrente, notamment depuis la parution, au début des années 2000, d’un article publié dans le Lancet, qui remettait en question la pertinence du dépistage organisé sur la base de critiques méthodologiques des études d’impact. La communauté scientifique internationale a cependant toujours contredit de manière unanime cette position, réaffirmant, grâce à des études solides, le lien entre dépistage organisé et baisse de la mortalité. Ainsi, à ce jour, aucun programme n’a été abandonné ou réduit dans le monde.

Les critiques dans la presse concernent également un manque de transparence dans l’information aux femmes, notamment en ce qui concerne les risques de surdiagnostic et de surtraitement lié au dépistage, c’est-à-dire les cancers traités alors que leur évolution n’aurait peut-être pas été mortelle. Pourtant, le matériel d’information que nous envoyons à chaque femme lorsque nous l’invitons à effectuer sa mammographie indique bien les avantages et les inconvénients du dépistage, y compris le surdiagnostic, de manière à permettre un «consentement éclairé».

Sur le fond, il faut savoir que le surdiagnostic ne représenterait qu’environ 5% des cas. Dans la très grande majorité des cas donc, le dépistage sauve des vies grâce à un diagnostic et une prise en charge précoces, et permet d’alléger les traitements des patientes en évitant l’ablation du sein et la chimiothérapie.

Aujourd’hui à Genève, plus de 80% des femmes se font dépister. Lancer ainsi la polémique sans qu’aucune découverte scientifique nouvelle ne le justifie engendre une inquiétude superflue chez elles. Cela pourrait même conduire certaines à ne plus se faire dépister, avec le risque d’une détection de cancer à un stade tardif, aggravant le pronostic.

*
Directrice de la Fondation pour le dépistage du cancer du sein

Boutique

Livres, DVD, accessoires à des prix avantageux!

shop.tdg.ch

Boutiques à Lausanne: Avenue de la Gare 33 et Place Pépinet 3.

Mon abonnement
Services abonnés

Abonnement et renseignements

Nous contacter

Tél. 0842 850 150
lu-ve 8h-12h/13h30-17h

Fax 022 322 33 74

Depuis l'étranger:
+41 22 322 33 10

Adresse postale:
Service clients
CP 5306
1211 Genève 11